According to UNESCO, 264 million children and youth are still out of school around the world, and this is only accounting for the primary (61 million) and secondary school (203 million) age population. In particular, the poorest and most marginalised, including ethnic and religious minorities, persons with disabilities, girls, and populations experiencing conflict, are often systematically unable to access and complete a full cycle of quality education. The first volume of NORRAG Special Issue (NSI) is dedicated to examining international frameworks and national policy as well as the challenges of fulfilling the right to education in practice.

The inaugural issue of NSI on the Right to Education Movements and Policies: Promises and Realities aims to highlight the global and national level experience and perspective on guaranteeing the right to education, as outlined in international frameworks, national constitutions, legislation, and policy, when creating the required administrative structures to ensure that the right is respected, protected, and fulfilled for all.

The Issue is divided into six parts, each focusing on a specific theme of right to education policy and practice. The first part includes an article written by RTE staff on The Role of Court Decisions in the Realisation of the Right to Education, which draws on RTE's background paper on accountability for the GEM Report 2017-8.

 

Cette Observation générale 2 du Comité des travailleurs migrants interprète la Convention sur la protection de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille en ce qui concerne les  situations d'irrégularité migratoire. Les paragraphes 75 à 79 font référence au droit à l'éducation.

 

La Convention relative aux droits de l'enfant (CIDE) s'applique aux enfants de moins de 18 ans. Elle reconnaît l'éducation comme un droit à chaque enfant sur la base de l'égalité des chances. Son article 28 garantit la gratuité de l'enseignement primaire obligatoire pour tous, la gratuité progressive de l'enseignement secondaire qui devrait en tout état de cause être disponible et accessible à tous, et l'accessibilité à l'enseignement supérieur en fonction des capacités. Il énonce l'obligation de l'État de prendre des mesures concernant la fréquentation scolaire. Elle encourage la coopération internationale en matière d'éducation, en particulier l'élimination de l'analphabétisme et la favorisation de l'accès aux connaissances scientifiques et techniques. Son article 29 définit les objectifs de l'éducation et reconnaît également la liberté des parents de choisir le type d'éducation qu'ils veulent donner à leurs enfants et la liberté de créer et de diriger des établissements d'enseignement, conformément aux normes minimales fixées par l'État.