Ces derniers temps, l'école devient un enjeu économique et sa privatisation a de quoi soulever des questions. Ceci est une excellente vidéo résumant en 4 minutes le problème de la privatisation des systèmes éducatifs

David Archer, ActionAid, on the challenges of privatisation and the importance of greater public investment in education, through fair and just tax policies.

With Portuguese subtitles.

Conférence donnée à Sciences Pô paris, le 18 Mars 2015 à 17h, comprenant:

  • Une allocution de Kishore Singh, Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’éducation
  • Une présentation d’études de cas de privatisations au Chili et au Népal par la Clinique de l’École de Droit de Sciences Po
  • Les réflexions d’Olivier De Schutter, universitaire et membre du Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU

Ces dernières années, le nombre d’enfants scolarisés au sein d’établissements primaires et secondaires privés a augmenté de façon spectaculaire, notamment dans des pays en voie de développement. S’il n’existe pas de modèle unique d’école privée, on assiste à une multiplication récente d’établissements scolaires payants à but lucratif. Des écoles privées « à bas coût », visant à faire des profits en proposant des frais de scolarité modestes aux plus pauvres, ont notamment fait leur apparition.

Cette privatisation croissante du système éducatif soulève un certain nombre de questions au regard du droit à l’éducation et plus généralement, des droits de l’Homme. Si le cadre normatif des droits de l’Homme protège le droit des parents de librement choisir le genre d’éducation qui sera donné à leur enfant, il exige également que chaque enfant ait accès gratuitement à une école primaire et secondaire de qualité, et que le système éducatif ne soit pas inégalitaire.

Comment alors s’assurer que la privatisation de l’éducation, en particulier dans les pays en voie de développement, ne soit pas source de ségrégation et d’inégalités ? Quelles réponses les Etats peuvent-ils apporter ? Comment protéger l’éducation d’une marchandisation qui affecterait sa nature même ? Telles sont quelques-unes des questions sur lesquelles les intervenants proposeront leur réflexion et débattront avec le public.