Dans le présent rapport, soumis en application des résolutions 8/4 et 44/3 du Conseil des droits de l’homme, la Rapporteuse spéciale sur le droit à l’éducation examine les risques et les avantages que présente l’introduction du numérique dans l’enseignement, et ses incidences sur le droit à l’éducation.

La Rapporteuse spéciale y préconise que les débats concernant l’introduction des technologies numériques dans l’éducation s’articulent autour du droit de chacun à un enseignement public, gratuit et de qualité ainsi que des engagements pris par les États à cet égard au titre du droit international des droits de l’homme et de l’objectif de développement durable 4.

En particulier, la mise en œuvre du droit à l’éducation doit répondre aux besoins qu’a toute personne d’accéder aux technologies, de les maîtriser et de les utiliser en ce qu’elles représentent un outil d’autonomisation permettant de participer activement à la société. L’introduction du numérique dans l’enseignement devrait être orientée vers une meilleure mise en œuvre du droit à l’éducation pour tous, lorsqu’il est avéré qu’elle apporte une importante valeur ajoutée. À cet égard, il importe de comprendre les objectifs de profit que poursuivent les groupes de pression et les entreprises du secteur numérique. Par ailleurs, il ne faudrait pas que cette évolution creuse les inégalités et profite uniquement à des pans de la société déjà privilégiés, ni qu’elle entraîne des atteintes à d’autres droits de l’homme dans le contexte de l’éducation, en particulier le droit à la vie privée.

 

ENGLISH   ESPAÑOL

In the present report, submitted pursuant to Human Rights Council resolutions 8/4 and 44/3, the Special Rapporteur on the right to education addresses the risks and opportunities of the digitalization of education and their impact on the right to education.

The Special Rapporteur calls for discussions relating to the introduction of digital technologies in education to be framed around the right of every person to free, quality, public education and the commitments of States in this regard under both international human rights law and Sustainable Development Goal 4.

In particular, the implementation of the right to education must respond to the needs of all persons to access, master and use technology as an empowering tool for being active members of society. The digitalization of education should be geared towards a better implementation of the right to education for all, where it is demonstrated that it brings a significant added value. In this regard, it is important to understand the profit-driven agenda of digital technology lobbyists and companies. In addition, the digitalization of education should not increase inequalities and benefit already privileged segments of societies only or lead to violations of other human rights within education, in particular the right to privacy.

 

FRANÇAIS    ESPAÑOL

Pages