Les objectifs de la recommandation sont: de développer un cadre et une compréhension commune dans toute l'Union Européenne de ce que constitue une prestation de services de bonne qualité en matière d'EPPE ; et de soutenir les États membres de l'UE dans leurs efforts pour améliorer l'accès à une EPPE de qualité. Elle présente un ensemble de recommandations aux États membres de l'UE et le cadre de qualité de l'UE pour les services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants, comprenant dix déclarations structurées selon cinq grands domaines de qualité : l'accès, le personnel, le programme d'études, le suivi et l'évaluation, et la gouvernance et le financement.

 

Le Cadre d'action et de coopération de Moscou est basé sur un examen des défis et des progrès réalisés en vue de l'objectif 1 de l'Éducation pour tous (EPT), à savoir développer l'éducation et la protection de la petite enfance (EPPE). Les participants ont réaffirmé l'engagement en faveur de l'EPPE exprimé à Jomtien (1990) et à Dakar (2000), mais ont conclu que l'objectif 1 de l'EPT risquait fort de ne pas être atteint d'ici 2015 si des mesures urgentes et résolues n'étaient pas prises. Ils ont noté la nécessité de relever les défis pertinents en tirant parti de la base de connaissances et des bonnes pratiques existantes et en prenant des mesures pour universaliser ces dernières. Le Cadre de Moscou a lancé un appel à l'action axé sur : la mobilisation d'engagements plus fermes en faveur de l'EPPE ; le renforcement de l'efficacité de l'exécution des programmes d'EPPE ; la mobilisation de ressources pour l'EPPE ; la coopération ; ainsi que des appels à l'action ciblés aux donateurs et à l'UNESCO. 

[ENGLISH]

Ce document énumère les instruments internationaux qui se réfèrent au droit à l'éducation relatif à l'éducation et la protection de la petite enfance (EPPE) .

[ENGLISH]

Ce rapport se concentre sur l'objectif d'Education des premières années, qui a pour principal enjeu d'encourager les Etats à mettre en place des mesures et des moyens pour élargir l'accès à l'Education et protection de la petite enfance, en se fondant sur une approche holistique, qui prend en considération les soins, la santé, la nutrition et bien sur l'éducation. 

Ce rapport se concentre sur l'objectif d'Education des premières années, qui a pour principal enjeu d'encourager les Etats à mettre en place des mesures et des moyens pour élargir l'accès à l'Education et protection de la petite enfance, en se fondant sur une approche holistique, qui prend en considération les soins, la santé, la nutrition et bien sur l'éducation. 

[ENGLISH]

 

Le premier rapport mondial de l’UNICEF sur l’enseignement préprimaire présente une analyse approfondie de la situation de l’éducation de la petite enfance dans le monde. Il fournit également un ensemble de recommandations pratiques à l’intention des gouvernements et des partenaires pour rendre l’enseignement préprimaire de qualité universel et normal. Prenant note qu’au moins 175 millions d’enfants – 50 % de la population en âge de fréquenter l’enseignement préprimaire – ne participent à aucun programme d’enseignement préprimaire, le rapport appelle les gouvernements à consacrer 10 % de leur budget national alloué à l’éducation afin de les développer. Les fonds devraient être investis à l’appui des instituteurs, de l’établissement de normes de qualité et d’une expansion équitable, indique le rapport.

[ENGLISH] [ESPAÑOL]

L’éducation de la petite enfance peut offrir de nouvelles opportunités aux enfants défavorisés, à condition que les programmes fassent de l’inclusion un principe directeur. Si la communauté internationale s’est d’ores et déjà engagée en faveur de l’éducation inclusive, les efforts consentis par les différents pays pour étendre cet objectif à la petite enfance sont très variables. L’accès universel est le fondement de l’inclusion, et les pays doivent s’attaquer aux obstacles liés au statut socio-économique, à l’origine ethnique, au sexe, à la langue, au handicap et à l’éloignement des apprenants. Une coopération doit se mettre en place entre plusieurs intervenants pour identifier rapidement les besoins particuliers et fournir des services adaptés, ainsi que des programmes scolaires inclusifs qui favorisent le développement socio-émotionnel et la formation de l’identité des enfants. Enfin, les éducateurs doivent pouvoir acquérir les connaissances, la formation et le soutien nécessaires pour mettre en œuvre des pratiques inclusives et travailler avec des familles de tous horizons.
 
 

ENGLISH   ESPAÑOL

L’inclusion doit faire partie des engagements prioritaires dès la petite enfance. Selon les dernières estimations de l’Institut de statistique de l’UNESCO, le nombre d’enfants de moins de 6 ans non inscrits au pré-primaire a diminué au cours de la dernière décennie, passant de 52,1 millions, en 2009, à 47,2 millions, en 2018. Malgré cette avancée, cette situation reste très préoccupante, compte tenu de la relation entre l’accès aux services d’éducation inclusive et de protection de la petite enfance et le développement, le bien-être de l’enfant et la réussite scolaire. Les services à la petite enfance visent à accueillir tous les enfants, dans un souci d’égalité, mais si les plus vulnérables d’entre eux sont exclus et ne sont pas prioritaires, cet objectif risque d’être compromis. De nombreux enfants n’ont pas accès à l’éducation, en raison de leur handicap, de leur origine ethnique, de leur condition socio-économique, de leur situation géographique, de leur langue maternelle, de leur statut de réfugié ou de déplacé, ou d’un contexte de crise humanitaire. La pandémie de COVID-19 a exacerbé cette situation et, aujourd’hui plus que jamais, il devient indispensable de poursuivre et d’intensifier le plaidoyer et les efforts visant à assurer un droit universel à une inclusion dans l’éducation dès la petite enfance.Il importe de mobiliser les divers acteurs de l’inclusion, en vue de réaliser l’Objectif de développement durable 4 (ODD 4) et ses cibles relatives à la petite enfance.

Cette publication présente des données qualitatives et quantitatives et des réflexions orientées vers l’action, appelant à l’engagement mondial renouvelé en faveur de l’inclusion dès la petite enfance. Ses arguments se fondent sur la consultation d’experts, de praticiens et d’universitaires de divers pays et sur des activités de recherche documentaire récentes. Elle s’adresse aux décideurs politiques, aux gestionnaires des programmes et structures d’éducation et de protection de la petite enfance, aux intervenants, aux partenaires de développement, aux familles et aux institutions de recherche.Elle recommande aux décideurs politiques des mesures à prendre en concertation avec les acteurs concernés ainsi que des pistes d’intervention, dans la perspective de rendre l’éducation et la protection de la petite enfance (EPPE) plus inclusive. Ses propos s’appuient sur des exemples inspirants provenant de différents pays et sur des résultats de recherche.

Cette publication vise à soutenir l’action des divers intervenants impliqués et engagés en faveur d’une inclusion dans l’éducation dès la petite enfance.

 

ENGLISH