The Right to Education Initiative (RTE) (Initiative pour le droit à l’éducation) est une organisation internationale de défense des droits de l’Homme dédiée au droit à l’éducation. Établie en 2000 par la première Rapporteure spéciale des Nations unies sur le droit à l’éducation, Katarina Tomaševski, RTE fut relancée en 2008 sous le nom de “Right to Education Project” comme initiative collaborative soutenue par ActionAid InternationalAmnesty International, la Campagne mondiale pour l’éducationSave the Children, et Human Rights WatchDepuis mai 2017, RTE est une association à but non lucratif (Charity Incorporated Organisation) enregistrée au Royaume Uni avec le numéro 1173115. 

Notre vision

Notre vision est celle d’un monde où le droit à l’éducation est une réalité pour tous, de la petite enfance à l’âge adulte et tout au long de la vie, sur la base des principes de non-discrimination et d’égalité. Un monde où l’éducation est reconnue comme un droit l’Homme, en droit et en pratique, et où tous les droits de l’Homme dans et à travers l’éducation sont réalisés. Un monde où les Etats et les acteurs non-étatiques sont tenus comme responsables de leurs obligations et responsabilités respectives; et où la société civile est habilitée à jouer un rôle clé dans le suivi de sa mise en oeuvre.

Notre mission

RTE promeut l’éducation en tant que droit de l’Homme, rendant accessible à tous le droit international et national. Nous menons des recherches et analyses juridiques et nous développons des outils et guides qui aident à comprendre et utiliser efficacement les mécanismes des droits de l’Homme pour faire valoir et appliquer le droit à l’éducation. Nous construisons des ponts entre les différentes disciplines (droits de l’Homme, education et développement), acteurs (organisations de la société civile, organisations internationale, chercheurs universitaires), et communautés linguistiques, faisant le lien entre le plaidoyer, au niveau local, national et international, et des engagements pratiques conduisant à des changements positifs sur le terrain.

Depuis plus de quinze ans, RTE promeut et défend le droit à l’éducation en collaborant avec un large éventail d’acteurs de l’éducation au niveau national, régional et international sur des projets spécifiques. Nos activités comprennent des travaux de recherches en lien avec du plaidoyer, du partage d’informations, le développement d’outils et de guides, des appuis techniques, l’encouragement de discussions en ligne et le renforcement des capacités en matière de droit à l’éducation.

Notre travail repose sur le droit international des droits de l’Homme, afin d’assurer sa mise en œuvre sur un plan national et local.

Pour la période 2017-2019, nous avons défini quatre buts stratégiques et six domaines d’actions prioritaires.

Les Buts stratégiques

  • Sensibiliser au et partager de l’information sur le droit à l’éducation
  • Contribuer à la production de solides recherches et analyses juridiques sur différents aspects du droit à l’éducation, particulièrement dans les domaines prioritaires définis dans la stratégie
  • Renforcer les capacités des acteurs en matière de droits à l’éducation
  • Contribuer au plaidoyer et à la mobilisation sociale pour faire progresser le droit à l’éducation et tenir les Etats responsables de leurs obligations

Les domaines d’actions prioritaires

  • Le rôle des acteurs privés dans l’éducation
  • Le droit à l’éducation des migrants, réfugiés et les personnes déplacées internes
  • L’ Agenda 2030 pour l’éducation sous l'angle des droits de l’Homme
  • Le suivi du droit à l’éducation au moyen d’indicateurs de droits de l'Homme
  • Le financement de l’éducation
  • La qualité de l’éducation

Les principes suivants s’appliquent au travail de RTE:

  • L’éducation est un droit et non un privilège.

  • Le droit à l’éducation est un droit civil, culturel, économique, politique et social et un moyen de réaliser d’autres droits. RTE s’appuie sur un large éventail d’instruments internationaux et plus particulièrement sur le Pacte International relatifs aux droits économiques, sociaux et culturels et sur la Convention relative aux droits de l’enfant, encourageant leur mise en oeuvre au niveau national.

  • Le droit à l’éducation s’applique autant aux enfants qu’aux adultes. RTE adopte une définition exhaustive du droit à l’éducation, qui inclut l’éducation formelle et non-formelle, l’éducation de la petite enfance, ainsi que l’éducation primaire, secondaire et supérieure, y compris la formation professionnelle.

  • RTE base son travail sur une vision holistique du droit à une éducation de qualité telle que définie par le droit international. A savoir que l’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

  • RTE s’inspire du cadre des “4 A” inscrit dans le droit international, qui stipule que le droit à l’éducation doit être A disposition, Accessible, Acceptable et Adaptable.

  • RTE encourage une approche basée sur les droits de l’homme - intégrant les principes de participation, responsabilité, non-discrimination, émancipation - liée au cadre légal des droits de l’Homme.

  • RTE travaille au travers de partenariats visant à renforcer les capacités des défenseurs du droit à l’éducation et à créer des ponts entre les disciplines des droits de l’Homme, du développement et de l’éducation.

  • Les véritables changements dans la vie des gens viennent de la mobilisation des individus et des communautés au niveau local. RTE travaille comme un catalyseur de changements, identifiant et partageant de nouvelles idées et solutions, et motivant les gens à travailler ensemble pour qu’ils puissent agir pour eux mêmes.

  • RTE valorise la diversité et travaille dans un environnement international, multiculturel et inclusif.

Projets actuels - 2017

Le rôle des acteurs privés dans l’éducation

Suivi du droit à l’éducation au moyen d’indicateurs de droits de l’Homme

L’Agenda 2030 de l’éducation dans une perspective droits de l’Homme

  • Développement d’un module de suivi de l’Education 2030 dans une perspective droits de l’Homme
  • Développement d’un document d’information sur la responsabilité en matière de droits de l’Homme en lien avec l'Education 2030

Le droit à l’éducation des migrants, réfugiés et personnes déplacées internes

Partage d’information et renforcement des capacités

  • Maintenance du site internet dans quatre langues
  • Renforcement de la communauté en ligne des défenseurs des droits de l’Homme
  • Membre de réseaux de la société civile oeuvrant pour la promotion et la défense du droit à l’éducation
  • Formations, lectures et présentations sur le droit à l’éducation et les activités de RTE

Projets passés

Delphine Dorsi – Directrice

Delphine a rejoint Right to Education Initiative en 2012 en qualité de juriste et de charge de communication. Depuis 2014, elle est responsable de la coordination du projet. Delphine a précédemment travaillé à l'UNESCO pour le Programme sur le droit à l’éducation, lui fournissant une compréhension globale et perspective unique sur le droit à l’éducation. Elle a également travaillé avec un certain nombre d'ONG en Europe et en Afrique, y compris : Amnesty International, Save the Children et Defence for Children International. Elle est titulaire d’une maîtrise en droits de l'Homme de l'Université de Strasbourg.

 

Natalia Dzvelaia - Responsable de l'administration et des finances

Natalia a rejoint RTE en September 2018 en tant que responsable de l'administration et des finances . Auparavant, elle a travaillé pour le Conseil européen des relations étrangères en tant que coordinatrice financière. Natalia a également travaillé pour la Society of Genealogists en tant qu'administratrice financière. Natalia is partiellement qualifié ACCA et a un Master en enseignement de l'Université d'Etat de Tbilisi ainsi qu'un diplôme de troisième cycle d'études en gestion de City of London College.


Eleanor Rosenbach – Responsable de la communication

Eleanor a une dizaine d’années d’expérience en communication, principalement dans le contexte de campagnes pour la défense des Droits de l’Homme et pour la transformation sociale. Elle a rejoint RTE en février 2021, après avoir travaillé avec diverses ONG et organisations nationales et internationales, y compris l’Organisation internationale pour les migrations, Médecins sans frontières et le Centre pour la Justice et le Droit International (Centre for Justice and International Law). Elle est titulaire d’un Bachelor’s Degree en littérature anglaise et études hispaniques de l’Université de Birmingham. Elle prépare actuellement un Master’s Degree en migration internationale et politiques publiques à la London School of Economics (LSE). Eleanor s’intéresse particulièrement à l’intersection de l’éducation et de la migration.

 

Hoda Awwad - Chargée de programme

Hoda a rejoint l’équipe de RTE en tant que Chargée de programme en février 2021. Son rôle porte principalement sur la privatisation de l’éducation et l’implication des acteurs non étatiques dans le secteur de l’éducation. Son travail s’appuie beaucoup sur la promotion des Principes d’Abidjan. Experte juridique, elle a travaillé pour des ONG internationales et locales en Égypte et à l’étranger. Elle est titulaire d’un double Bachelor of Laws (Dual LLB) des universités Paris-I Panthéon Sorbonne et du Caire. Elle a également obtenu un Master’s Degree en droit international de l’Institut de hautes études de Genève.

 

Rajakumari Michaelsamy – Gestionnaire de programme (Éducation et protection de la petite enfance)

Rajakumari est une professionnelle des Droits de l’Homme avec plus de 15 ans d’expérience dans divers champs d’activité au sein de ce domaine, notamment l’éducation et la formation sur les Droits de l’Homme , mais aussi la recherche, la programmation, le plaidoyer et le suivi concernant les Droits de l’Homme. Fervente défenseuse du droit à l’éducation, elle a travaillé en étroite collaboration avec des enfants et des éducateurs en Inde depuis le niveau préscolaire jusqu’au secondaire. Elle a rejoint RTE en février 2021 ayant précédemment travaillé avec diverses ONG et organisations nationales et internationales, dont le Mouvement International des Étudiants Catholique-MIEC Pax Romana (Asie et Pacifique), People’s Watch-Tamil Nadu, le Indian Social Institute, Child Rights and You (CRY), et Amnesty International Inde. Elle est titulaire d’un Master’s Degree en Droits de l’Homme de l’Université de l’Essex, ainsi que d’un diplôme de troisième cycle en droit international relatif aux Droits de l’Homme  de l’École nationale de droit de l’Université de l’Inde.


 

 

 
 

Le bureau exécutif est l'organe directeur de RTE. Ses membres sont:

David Archer (Président),  Directeur de programme sur la participation civique/citoyenne, la justice fiscale et les services publics chez ActionAid 

David est responsable de la participation civique et des services publics chez ActionAid. L’organisation utilise des approches de développement basées sur les Droits de l’Hommedans 45 pays. David coordonne les travaux de la fédération ActionAid tout entière sur les questions de participation civique, de justice fiscale et de services publics sexospécifiques. Dans les années 1980, David était impliqué dans des programmes d’alphabétisation à travers l’Amérique latine, inspiré par l’éducateur brésilien Paulo Freire. (Il a écrit Literacy and Power : the Latin American Battleground (« L’alphabétisation et le pouvoir : le champ de bataille latino-américain ») publié chez Earthscan en 1990. Dans les années 1990, il a développé l’approche ‘Reflect’ pour l’apprentissage par les adultes, et co-écrit le ‘Reflect’ Mother Manual (le « Manuel ‘Reflect’ de référence ») en 1996. (Voir www.reflectionaction.org.) Cette approche a remporté cinq prix internationaux d’alphabétisation des Nations Unies au cours de la dernière décennie. Depuis 1998, David s’est concentré sur les approches d’éducation basées sur les droits, ainsi que sur la création de coalitions de la société civile pour l’éducation en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Il est co-fondateur et membre de longue date du conseil d’administration de la Campagne Mondiale pour l’Éducation (CME), et a été représentant élu de la société civile au conseil d’administration du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) pendant de nombreuses années ; il préside aujourd’hui son « Comité stratégie et impact ». David a travaillé avec la fondatrice du projet RTE, Katarina Tomaševski – la première Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur le droit à l’éducation. Il a ensuite accepté d’accueillir le projet RTE, en collaboration avec Amnesty International et la CME, après la disparition de Katarina. En tant que Président du bureau exécutif de RTE, David a accompagné et soutenu les procédures suivies par l’organisation pour devenir une ONG totalement indépendante.

 

Iain Byrne, Responsable de l’équipe Droits des réfugiés et migrants, et Directeur adjoint des programmes (par intérim) pour le programme Enjeux mondiaux d’Amnesty International

Iain Byrne est un avocat spécialisé dans le droit international relatif aux Droits de l’Homme . Il a plus de 25 ans d’expérience pratique dans ce domaine, ayant plaidé devant divers tribunaux et organes des Droits de l’Homme , aux niveaux international et régional. Il travaille au Secrétariat international d’Amnesty International depuis près de neuf ans et y a exercé diverses fonctions et a été à la tête de différentes équipes pendant cinq ans et demi. Il est responsable de l’équipe Droits des réfugiés et migrants, ainsi que Directeur adjoint des programmes (par intérim) pour le programme sur les Enjeux mondiaux (Global Issues Programme ou GIP). Depuis novembre 2011, il est également Chercheur et Conseiller juridique et politique au sein de l’équipe Justice économique et sociale (précédemment appelée équipe Droits économiques, sociaux et culturels, ou DESC). Dans ce rôle, il mène lui-même ou apporte ses conseils à diverses initiatives de recherche sur les DESC, en particulier la ségrégation dans l’éducation et le logement des Roms en Europe centrale et orientale, ainsi que les défis du système éducatif en Afrique du Sud. Le travail d’Amnesty International sur les Roms a été reconnu en 2016 lorsque l’organisation a reçu le Prix européen des droits civiques des Sintis et des Roms décerné par le Conseil de l’Europe. Iain est Conseiller spécial sur l’Action en justice dans des cas stratégiques et membre du Comité qui en est responsable chez Amnesty International. Il a été Responsable de l’équipe DESC (2013-2017), Directeur adjoint des programmes (par intérim) pour le GIP, et Directeur du programme Genre, sexualité et identité (également par intérim) à la Direction du droit et de la politique (Law and Policy Directorate) de l’organisation. Dans ces trois rôles, il a été responsable d’un éventail de projets de recherche, y compris pour les grandes campagnes mondiales (Global Campaigns).  

De septembre 2001 à novembre 2011, il a occupé divers postes chez INTERIGHTS, le centre international pour la protection juridique des Droits de l’Homme. Il y a notamment été Directeur de la pratique juridique (par intérim) et Juriste principal, jouant un rôle clé dans le développement des projets de l’organisation sur les droits économiques et sociaux, notamment en contentieux et en renforcement des capacités. Depuis 2000, il est membre du Centre des Droits de l’Homme  de l’Université de l’Essex.

Il a siégé dans de nombreux conseils d’administration et groupes consultatifs d’ONG. Il est actuellement membre du bureau exécutif de RTE et du International Justice Resource Centre, basé aux Etats-Unis ; il a également été le président fondateur de ce dernier de 2009 à janvier 2018. Auparavant, Iain était impliqué dans la direction d’un certain nombre de réseaux de la société civile, y compris au sein du comité directeur du Consortium sur la privatisation de l’éducation et les Droits de l’Homme  ; au sein du comité exécutif du réseau EuroMed Droits, participant pour eux à la première mission internationale en Israël et dans les territoires occupés pendant la seconde Intifada ; au sein du conseil exécutif du Consortium pour les enfants des rues (Consortium for Street Children) ; et enfin au sein du comité consultatif technique du programme de santé publique de l’Open Society Foundations.

 

Dina Hashem, Directrice associée pour les partenariats mondiaux chez Habitat pour l’Humanité International

Dina Hashem travaille en tant que Directrice associée pour les partenariats mondiaux chez Habitat pour l’Humanité International ; elle est chargée d’y mobiliser des financements complexes, principalement par le biais de fondations et de partenariats institutionnels pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique, et d’atteindre des objectifs de revenu, d’impact et d’échelle fixés au niveau international.

Mme Hashem est titulaire d’un Master’s Degree en violence, conflit et développement de la School of Oriental and African Studies (SOAS) de l’Université de Londres. Elle prépare également un diplôme d’arabe communicatif à SOAS pour approfondir et développer ses compétences en arabe. La carrière professionnelle de Mme Hashem dans le secteur international de l’humanitaire et du développement s’étend sur plus de 17 ans. Durant ces années elle a développé avec succès des partenariats stratégiques pour renforcer les capacités financières de Finn Church Aid, Overseas Development Institute et Plan International et a obtenu des subventions par le biais d’institutions ou de consortiums, pour le bénéfice non seulement d’initiatives de lobbying ciblant les décideurs humanitaires, mais aussi d’initiatives basées sur les droits, notamment le droit à une éducation de qualité, le droit à la paix et le droit de maintenir ses moyens de subsistance. Dina a été déployée en Jordanie pendant deux ans pour fournir une orientation et un soutien actif à la mobilisation humanitaire d’urgence dans la région, afin de garantir le potentiel de programmes plus vastes, plus robustes et plus finançables pour la région, en particulier concernant la réponse aux réfugiés syriens, et les programmes de développement en Palestine – allant de l’éducation dans les situations d’urgence aux initiatives de consolidation de la paix. Son expertise réside dans la conception, le développement et l’intégration d’outils et de processus pour diversifier les partenariats avec les donateurs institutionnels afin de renforcer une programmation évolutive et de qualité en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient. 

 

Ayan Hassan (Trésorière), Gestionnaire financière de programmes chez War Child UK 

Ayan travaille en tant que Gestionnaire financière de programmes chez War Child UK. Elle y soutient l'équipe financier international dans tous les domaines de la gestion financière. Avant de rejoindre War Child, Ayan a travaillé avec le Conseil européen pour les relations internationales (European Council on Foreign Relations, ou ECFR), MuslimAid et ActionAid à différents titres, leur fournissant un leadership financier stratégique, des conseils, et un soutien technique, et veillant pour eux à l’application des normes, systèmes et processus internationaux concernant la gestion financière, ainsi qu’aux conditionnalités des donateurs. Elle a également travaillé avec le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies, ainsi que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Somalie pendant plusieurs années. Ayan est diplômée en comptabilité (Association of Chartered Certified Accountant) et elle est titulaire d’un Bachelor’s Degree en comptabilité et finance de l’Université d’East London. 

 

Elin Martínez, Chercheuse à Human Rights Watch

Elin Martínez est chercheuse senior auprès de la Division des droits de l’enfant de Human Rights Watch, où elle travaille sur le droit à l’éducation. Elle y fait de la recherche, du plaidoyer au niveau national and international, et conseille le personnel de Human Rights Watch sur des questions juridiques et politiques, concernant notamment le droit à une éducation primaire et secondaire inclusive, la violence sexuelle en milieu scolaire, et la discrimination et l’exclusion auxquelles font face les filles, les enfants handicapés, les enfants réfugiés et les minorités. Précédemment, Elin avait travaillé pour le secrétariat du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), ainsi que pour Save the Children UK, où elle a dirigé les efforts mondiaux de plaidoyer de l’organisation sur le droit à l’éducation dans les situations d’urgence humanitaire. Avant de se concentrer sur le plaidoyer mondial pour l’éducation, elle a travaillé au niveau communautaire avec des défenseurs des Droits de l’Homme et des organisations de défense des Droits de l’Homme dans la région Asie-Pacifique afin d’améliorer la redevabilité pour les violations des Droits de l’Hommepar l’intermédiaire des Nations Unies et des organes nationaux des Droits de l’Homme. Elle est titulaire d’un Bachelor of Laws (LLB) en droit international, européen et comparé de l’Université de Sheffield, et d’un Master of Laws (LLM) en justice pénale internationale et conflits armés de l’Université de Nottingham. Elin est membre du bureau exécutif de RTE depuis 2017. Elle est membre du Groupe de travail mondial pour mettre fin à la violence sexiste en milieu scolaire.

 

Bharti Patel, Défenseuse des droits de l’enfant et de justice sociale

Militante accomplie et engagée pour la cause des Droits de l’Homme et de la justice sociale, Bharti concentre son plaidoyer sur le droit de l’enfant à une éducation de qualité et exempte d’abus ou d’exploitation sous toutes ses formes, ainsi que sur la nécessité d’adopter des politiques et des pratiques sociales, économiques et environnementales qui soient justes et équitables. Elle a travaillé au Royaume-Uni et en Inde à la tête d’organisations de renom qui mènent des initiatives de recherche et de plaidoyer pour conduire à d’importantes réformes législatives et politiques sur la protection de l’enfance, la prévention de la traite des enfants, et la prévention de la maltraitance et exploitation transnationales des enfants, y compris le travail des enfants. Au Royaume-Uni, Bharti a joué un rôle déterminant dans les efforts de lobbying qui ont abouti à l’adoption de la toute première loi sur le salaire minimum dans le pays. En Inde, elle a mené plusieurs programmes de développement durable pour renforcer la sécurité alimentaire, celle de l’approvisionnement en eau, et pour préserver les moyens de subsistance des communautés vulnérables. Bharti siège au conseil consultatif de Freedom United, une ONG internationale basée aux Etats-Unis qui lutte pour mettre fin à l’esclavage moderne.

 

Nikki Skipper, Directrice du financement au Queen’s Commonwealth Trust

Nikki a plus de 20 ans d’expérience en stratégie de financement (mobilisation de fonds) au sein d’organisations internationales œuvrant en faveur du développement et de l’environnement. Elle a occupé des postes à responsabilités chez Right to Play (RTP) UK, le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), Sightsavers et WaterAid, où elle a développé des partenariats transformateurs aussi bien avec des particuliers qu’avec des entreprises et des fondations à caractère philanthropique. RTP est une ONG qui œuvre dans le domaine de l’éducation ; elle est reconnue mondialement pour le succès de son approche d’émancipation des enfants et des jeunes par le jeu et le sport. Ayant été Directrice nationale de cette organisation, Nikki a travaillé en étroite collaboration avec les membres de son conseil d’administration sur le respect des normes en matière de réglementation, de politique et de gouvernance. Elle a également été responsable des stratégies de communication et de financement de l’organisation. Elle est maintenant responsable du financement au Queen’s Commonwealth Trust, pour soutenir les jeunes engagés dans l’action sociale au sein de leurs communautés, notamment dans les domaines de l’éducation et des Droits de l’Homme. Nikki a fait partie d’un conseil d’établissement dans une école publique de Londres pendant cinq ans. Elle est aussi mentor au Chartered Institute of Fundraising de Londres, car elle croit passionnément qu’il faut aider les jeunes à réaliser leur potentiel de créer un monde meilleur. Elle est titulaire d’un Bachelor’s Degree en allemand, politique et philosophie, et d’un autre en sciences environnementales (tous deux avec mention). 

 

Anjela Taneja, Chargée de la campagne sur l’inégalité / Chargée des services publics chez Oxfam Inde

Anjela Taneja est une experte en éducation avec 20 ans d’expérience spécialisée en gouvernance de l’éducation. Elle est actuellement en charge de la campagne sur l’inégalité ainsi que du travail sur les services publics d’Oxfam Inde. Elle a été Responsable des politiques de la Campagne mondiale pour l’éducation (CME). Auparavant, Anjela avait travaillé pour ActionAid et Oxfam, et était chargée des programmes éducation pour les pays du sud chez Oxfam International. Elle est également une des membres fondateurs du Forum pour le droit à l’éducation (Right to Education Forum), le plus grand réseau d’éducation en Inde. Elle possède une vaste expérience de plaidoyer, programmation, suivi et évaluation de programmes liés à l’éducation aux niveaux mondial, régional, national et local. Anjela a co-écrit de nombreuses publications, dont deux rapports pour la CME : Le moment de bien faire : Les leçons de l’EPT et des OMD pour l’éducation 2016–2030 et Profits privés, pertes publiques : Pourquoi la pression en faveur des écoles privées à bas coût menace l’éducation de qualité, et un document de travail pour Oxfam Inde intitulé « Fédéralisme et fidélité : examen comparatif des dispositions des règles des États et des règles modèles en vertu de la Loi 2009 relative au droit des enfants à une éducation gratuite et obligatoire de l’Inde » (disponible en anglais seulement). Anjela a représenté la CME dans plusieurs espaces de plaidoyer, notamment au sein du comité directeur de l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour Éducation 2030 de l’UNESCO, et au sein du groupe de travail sur le plaidoyer du Réseau Inter-agences pour l’Education en Situations d’Urgence (Inter-agency Network for Education in Emergencies ou INEE). Elle a travaillé avec un large éventail d’acteurs non étatiques œuvrant dans le domaine de l’éducation, ainsi qu’avec de nombreuses structures inter-agences et organismes des Nations Unies actifs dans le secteur de l’éducation. Anjela a activement participé aux négociations menant à l’élaboration des Objectifs de développement durable (ODD) ; elle a fait partie du comité de sélection pour le sommet des ODD et a été sélectionnée pour participer aux réunions du groupe interinstitutions et d’experts des Nations Unies sur les indicateurs relatifs aux ODD (le GIAE-ODD) en tant que représentante de la communauté des organisations de la société civile travaillant sur l’éducation. Anjela a également rédigé un briefing guidant la participation de la société civile impliquée dans l’éducation aux Examens Nationaux Volontaires pour les ODD.

RTE bénéficie du niveau élevé de connaissances d’un réseau de conseillers. Siégeant à titre personnel, ces conseillers donnent leur expertise et avis dans des domaines spécifiques du travail de RTE.

Les conseillers de RTE sont :

  • Fons Coomans (Professeur à la faculté de droit de l’Université de Maastricht, et titulaire de la Chaire UNESCO des Droits de l’Homme et de la Paix)

  • Christian Courtis (Spécialiste des droits de l’Homme au BHCDH dans la section des objectifs de développement durable).

  • David Edwards (Secrétaire Général Adjoint de l’Internationale de l’éducation)

  • Simon McGrath (Professeur à l'Université de Nottingham, Chaire UNESCO en économie politique de l'éducation)
  • Geoff Gilbert (Professeur de droit international des droits de l'Homme et droit humanitaire, Ecole de droit et Centre des droits de l'Homme, Université d'Essex)
  • Chris Grove (Directeur exécutif de ESCR-Net )
  • Peter Hyll-Larsen (Consultant Indépendant sur les Droits à l’éducation dans les situations d’urgence)

  • Steven Klees (Professeur à l’Université du Maryland, Directeur du programme d’études des Politiques Internationales en matière d’Éducation).

  • Philippa Lei (Directrice de programmes et plaidoyer à Malala Fund) 

  • Keith Lewin (Professeur d’Éducation et développement internationaux à l’Université de du Sussex)

  • Mary Mendenhall (Professeure assistante de pratique, Programmes d'éducation internationale et comparative, Collège d'enseignants, Université de Columbia)

  • Angela Melchiorre (Consultante Indépendante en Droits de l’Homme)

  • Kate Moriarty (Consultante indépendante sur l’éducation, les droits de l’Homme et le développement international)

  • Albert Motivans (Directeur des statistiques d'éducation à l'Institut des statistiques de l'UNESCO)

  • Rolla Moumne (Spécialiste de programme, Programme Droit à l'éducation, UNESCO)

  • Vernor Muñoz (Directeur des politiques et du plaidoyer de la Campagne mondiale pour l'éducation, Ancien Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'éducation)
  • Salima Namusobya (Directrice exécutive de l'Initiative pour les droits économiques et sociaux en Ouganda, membre expert du groupe de travail sur les droits économiques, sociaux et culturels de la Commission Africaine des droits de l'Homme et des Peuples) 
  • Rene Raya (Analyste politique en chef à l’Association Asie-Sud Pacifique pour l’enseignement de base et l’éducation des adultes)

  • Baela Raza Jamil (Directrice des Programme à Idara-e-Taleem-o-Aagahi (ITA), Centre pour l'éducation et la conscience) 

  • Ignacio Saiz (Directeur Général du centre pour les droits économiques et sociaux)

  • Refat Sabbah (Directeur du centre pour la créativité enseignante en Palestine et titulaire de chaire à la coalition arabe pour EPT)

  • Sheldon Shaeffer (Retraité, ancien Directeur de l’Éducation à UNICEF à New York, Directeur de bureau régional d’éducation de l’UNESCO pour l’Asie et le Pacifique).

  • Salim Vally (Chercheur Senior à l’Université de Johannesburg au sein du Centre pour les droits à l’éducation et le changement de l’éducation)

  • Toni Verger (Professeur à l’université autonome de Barcelone)

De 2008 à 2017, la Right to Education Initiative (Initiative pour le droit à l’éducation) était hébergé par ActionAid et soutenue par Amnesty International ; ainsi que par la Campagne Mondiale pour l’éducation depuis 2008, et Save the Children et Human Rights Watch depuis 2012. Ces cinq organisations ont formé l'organe directeur de RTE. En mai 2017, RTE est devenue une organisation caritative enregistrée en vertu du droit britannique et ces cinq organisations restent des partenaires clés. Les administrateurs actuels de RTE sont issus de chacune de ces organisations et RTE continue à collaborer avec elles sur des projets spécifiques.

RTE travaille également avec un certain nombre de partenaires internationaux et nationaux, notamment :

  • Comité syndical francophone de l’éducation et de la formation (CSFEF)
  • Child Rights International Network (CRIN)
  • Coalition Education
  • The International Network for Economic, Social and Cultural Rights (ESCR-Net)
  • Fédération internationale des CEMEA (FICEMEA)
  • Campagne mondiale pour l'éducation (GCE)
  • Global Initiative for Economic, Social and Cultural Rights (GI-ESCR)
  • HakiElimu
  • Réseau Inter-agences pour l'Éducation en Situations d'Urgence (INEE)
  • Initiative for Social and Economic Rights in Uganda (ISER-Uganda)
  • Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)
  • Oxford Committee for Famine Relief  Oxfam
  • RESULTS
  • Solidarité Laïque
  • UNESCO

La Right to Education Initiative (initiative pour le droit à l’éducation) a pu remplir sa mission grâce au soutien financier et en nature reçu de: 

  • ActionAid International

  • Open Society Foundations

  • Paris Peace Forum

  • un donateur privé

  • RESULTS

  • the Rockefeller Foundation

  • UNESCO

De 2008 à 2017, RTE a reçu un soutien en nature des principales organisations partenaires qui ont contribué à coordonner le travail de RTE: ActionAid, Amnesty International, la Campagne mondiale pour l'éducation, Save the Children et Human Rights Watch.

Parmi les autres donateurs historiques et partenaires financiers, nous pouvons citer le Marple Charitable Trust, la Jacob and Hilda Blaustein Foundation, la Banyan Tree Foundation, la Rockefeller Foundation, Amnesty International, l'UNESCO, PUSH et un fonds anonyme conseillé par les donateurs.

RTE remercie tous les donateurs actuels et précédents qui ont soutenu notre travail et nous ont permis de remplir notre mission.

Nous avons constamment besoin de davantage de soutien pour mettre en oeuvre notre vision et notre mission. Veuillez nous contacter si vous souhaitez soutenir notre travail.

Address:  

Right to Education Initiative 

c/o ActionAid International

33-39 Bowling Green Lane

London, EC1R 0BJ

United Kingdom

Email: formulaire de contact