DSC01613.JPG

Empty school classroom in Senegal.
© 2017 Elin Martinez/Human Rights Watch.
Elin Martinez - @Martinez_Elin
19 Mars 2020

L'UNESCO rapporte que 119 pays ont fermé des écoles à l'échelle nationale depuis l'épidémie de COVID-19, perturbant l'apprentissage et l'éducation d'environ 897 millions d'élèves. Des millions d'autres pourraient être touchés alors que de plus en plus de pays ordonnent la fermeture d'écoles.

Chaque année, les systèmes éducatifs de nombreux pays sont perturbés en raison des risques naturels liés au changement climatique et en raison des conflits armés. Mais le monde n'avait pas vu ce niveau de perturbation de l'éducation se propager aussi uniformément depuis la Seconde Guerre mondiale. La plupart des gouvernements ont choisi de fermer les écoles dans l’objectif légitime de santé publique de contenir la propagation des virus. Mais les gouvernements sont toujours tenus de respecter le droit à l'éducation.

Les réponses à la crise COVID-19 varieront en fonction de la capacité de chaque système éducatif. En particulier, elles dépendront de la mise en place par les gouvernements de plans de préparation robustes aux situations d'urgence, de la pleine intégration de la technologie dans le système, de la disponibilité d'Internet au sein des communautés, de la disponibilité de copies papier du matériel d'apprentissage et de la garantie de conditions de travail adéquates pour les enseignants et le personnel éducatif. 

La réponse est susceptible de révéler de profondes inégalités en matière d’éducation, y compris au sein du système éducatif d’un pays.

Focus sur les élèves les plus à risque

Dans tous les pays touchés par le COVID-19, les gouvernements devraient se concentrer sur l'atténuation des effets disproportionnés sur les enfants et les jeunes qui rencontrent déjà des obstacles à l'accès à l'éducation ou qui sont plus exposés au risque d'être exclus pour diverses raisons. Il s'agit notamment des enfants handicapés, des élèves des régions reculées, de ceux qui dépendent de l'école pour leur seul repas chaud quotidien et de ceux dont la famille a perdu des revenus à la suite de suppressions d'emplois ou d'emplois précaires ou qui se trouvent autrement dans une situation difficile.

Au Royaume-Uni, par exemple, Human Rights Watch et d'autres organisations non gouvernementales ont tiré la sonnette d'alarme, expliquant que les fermetures pourraient avoir un impact involontaire sur les enfants de familles pauvres qui dépendent de l'école pour leur principal repas chaud de la journée. Pour aider à atténuer la faim si les écoles ferment, les gouvernements devraient envisager de simples subventions en espèces ponctuelles aux familles dont les enfants reçoivent des repas scolaires gratuits ou qui reçoivent une assistance sociale liée à la famille. Ils devraient également envisager des programmes pour que les écoles continuent de distribuer des déjeuners gratuits aux enfants même si elles ne font pas cours.

Focus sur les technologies et méthodes les plus accessibles

L'UNESCO a recommandé aux pays «d'adopter une variété de solutions de haute technologie, de faible technologie et sans technologie pour assurer la continuité de l'apprentissage». Bien que l'attention se soit concentrée sur les plates-formes d'apprentissage en ligne, de nombreuses écoles publiques ne sont pas configurées pour y avoir recours ou ne disposent pas d'un accès Internet fonctionnel pour accompagner cette transition. Et tous les élèves non plus. Les écoles publiques de la plupart des pays touchés, sinon de la plupart, fonctionnent hors ligne, en particulier dans les pays à faible revenu où la majorité des écoles publiques manquent cruellement de ressources.

Pendant les fermetures obligatoires, les responsables de l'éducation et les enseignants devraient soutenir les élèves les plus à risque en utilisant toute technologie disponible, y compris les téléphones, les applications de messagerie texte sécurisées ou d'autres fonctions de chat accessibles, pour les contacter et les maintenir actifs. Ils devraient également veiller à ce que les étudiants reçoivent à temps les documents imprimés ou en ligne, en accordant une attention particulière aux étudiants handicapés qui ont besoin de matériel adapté et accessible. Ils devraient également vérifier régulièrement la façon dont les parents ou les proches gèrent les conditions de scolarisation temporaire à domicile et, dans la mesure du possible, prêter attention aux familles peu alphabétisées, aux parents d'enfants ayant des difficultés d'apprentissage ou des handicaps et aux parents qui ne sont peut-être pas aussi familiers avec le programme utilisé, y compris les parents réfugiés ou migrants.

Au Liban, par exemple, où des écoles publiques et privées ont fermé leurs portes, les classes sont désormais en ligne. Amer Makarem, de la Youth Association of the Blind, a déclaré à Human Rights Watch que les cours en ligne et la diffusion des leçons ne sont généralement pas accessibles aux étudiants ayant une déficience visuelle. Certains enseignants envoient des cours sur WhatsApp, parfois sous forme de fichiers image qui ne sont pas accessibles. Ces graves lacunes montrent la nécessité de veiller à ce que les gouvernements consultent les personnes handicapées lors de la définition des plans d'intervention d'urgence, et de veiller à ce que les cours en ligne ou tout plan de cours à distance soient accessibles et inclusifs pour les élèves souffrant de divers types de handicaps.

Se préparer aux étapes immédiates une fois la crise terminée

Une fois les écoles rouvertes, les responsables de l’école devraient parcourir leurs listes d’inscription et vérifier qui ne s’est pas présenté à l’école. Le respect des engagements en matière de scolarité obligatoire est essentiel une fois la période de stabilité arrivée - en veillant à ce que tout obstacle potentiel qui pourrait s'être formé à la suite de la crise soit éliminé. Cela signifie qu'ils devront surveiller les familles et les communautés avec les enfants les plus à risque de décrocher et s'assurer que tous les élèves reviennent.

Beaucoup de temps scolaire officiel sera perdu alors que les systèmes éducatifs se démènent. Bien que l'apprentissage en ligne devrait être utilisé pour atténuer l'impact immédiat des fermetures d'écoles, les gouvernements devraient veiller à ce que tous les enfants récupèrent les heures de cours en personne manquées une fois les écoles rouvertes. Les gouvernements devraient déjà commencer à travailler avec les fonctionnaires du ministère, les syndicats et associations d'enseignants, les organisations de personnes handicapées et les groupes concernés pour concevoir et adopter des stratégies d'atténuation.

Ces stratégies devraient prendre en compte des plans d'enseignement complémentaires ou supplémentaire pour récupérer les heures d'enseignement ou de contact perdues, ajuster les calendriers scolaires et les horaires des examens, et assurer une rémunération équitable aux enseignants et au personnel scolaire qui travaillent des heures supplémentaires, et qui s'exposent au virus en continuant à enseigner.

Enfin, renforcer les systèmes pour soutenir les crises futures

Tous les gouvernements devraient tirer parti de cette expérience et renforcer leurs systèmes éducatifs pour résister aux crises futures, que ce soit en raison de maladies, de conflits armés ou du changement climatique. Cette pandémie a montré que peu de gouvernements ont investi dans leurs interventions d'urgence en matière d'éducation ou ont testé leur capacité à gérer les retombées des catastrophes sur l'éducation. Compte tenu de l’attente de nouveaux chocs, cela n’est pas seulement souhaitable, mais il est impératif, en période d’instabilité, de protéger le droit à l’éducation des enfants et des jeunes.

 

Elin Martinez est chercheuse senior sur les droits de l'enfant à Human Rights Watch et un membre du Conseil d'administration du Right to Education Inititative. Pour plus d'informations sur le travail de Human Rights Watch sur le droit à l'éducation, visitez leur page web sur l'éducation.

Pour plus d'informations sur le droit à l'éducation en situation d'urgence, visitez la page de notre site web sur ce sujet.

 

 

Keywords: 

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.