Key resource

This report shows how a student’s place of origin within France, that is, the region in which they live prior to the beginning of their studies, coupled with their socio-economic background can mean that the cost of education, which is heavily influenced by the structure of the French higher education system, poses a significant barrier to their enjoyment of the right to higher education. 

Key resource

International human rights law requires States to provide equal access to higher education without discrimination and to ensure the progressive realization of the right to free higher education. Although France outperforms many countries at the Organization for Economic Cooperation and Development (OECD) on many metrics regarding higher education, there remains significant problems, particularly ensuring equal access for students based on their place of origin. The opportunities students have, are not equal across all regions of France. Part of this inequality can be attributed to the socio-economic status of individual students. However, regional differences operate independently, and can exacerbate socio-economic inequalities, in determining participation in higher education. 

This policy brief shows that the unequal distribution of higher education institutions across the country results in students having to move across regions to access higher education, thus incurring costs (mainly housing and transportation), which are harder to meet for those who do decide to move, due to regional differences in standards of living. Coupled with the stagnation of budget allocation to higher education and the general rise in tuition fees, these indirect costs of education constitute a significant barrier to the enjoyment of the right to free higher education on a non-discriminatory basis.

FRANÇAIS

Les Droits de l’Homme exigent que les États assurent un accès égal à l'enseignement supérieur pour tous sans discrimination, et qu’ils garantissent la réalisation progressive du droit à l’enseignement supérieur gratuit. Malgré le fait que la France dépasse de nombreux pays de l'Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) quant à certains indicateurs relatifs à l'enseignement supérieur, des problèmes importants y subsistent. Surtout concernant  la garantie d’accès égal à tous et toutes à l'enseignement supérieur indifféremment de leur lieu d'origine. Les opportunités de formations ne sont pas égales pour les étudiant-es dans toutes les régions de France. Si une partie de cette inégalité peut être attribuée au statut socio-économique des étudiants, les différences entre régions doivent également être prises en compte. En effet, ces différences peuvent agir indépendamment du statut socio-économique et peuvent exacerber les inégalités créées par ce statut, en étant déterminantes dans la scolarisation de certains étudiants au sein de l'enseignement supérieur. 

A travers cette note de positionnement, nous souhaitons démontrer que la répartition inégale des  différentes formations de l’enseignement supérieur à travers le pays oblige les étudiant-es à se déplacer. La mobilité étudiante entraîne ainsi des frais (principalement ceux liés au logement et aux transports), qui sont plus difficiles à supporter pour les étudiant-es qui décident de déménager, notamment en raison de différences régionales de niveau de vie. Associés à la stagnation de l'allocation budgétaire consacré à l'enseignement supérieur et à l'augmentation générale des frais de scolarité, ces frais indirects de l'éducation constituent un obstacle important du droit à jouir d’un enseignement supérieur gratuit sur une base non discriminatoire.

ENGLISH