This article is based on a year-long study of the right to education for child refugees and migrants from other African countries who find themselves in South Africa. It identifies a number of factors that inhibit children’s participation in education and shows how the right to education can be assessed and monitored using indicators.

This practical toolkit on the right to education was published by Amnesty International in collaboration with the Right to Education Project.  It is part of the Haki Zetu handbook series on economic, social and cultural rights, developed by the Special Programme on Africa of Amnesty International Netherlands.

It contains sections on understanding the right to education and on taking action, with a particular focus on Africa – providing concrete examples at national and regional levels and reference to relevant laws and policies.  It is to be used in conjunction with the Main Book of the series, which provides general information on ESC rights. 

Both the Main Book and the practical toolkit on the Right to Education have been developed for local civil society organisations working with local communities to realise the right to education.  The tool seeks to assist community workers to better study laws and policies and promote the monitoring of the right to education.

This publication is intended to support everybody that works in the basic education field in South Africa. It aims to provide a common legally grounded planning, monitoring and advocacy framework that is child-centred and recognises the interconnectedness of human rights.

Le bureau de la CVPD Kinshasa s’est donné pour mission la défense et la promotion des droits économique socio culturel parmi lesquels le droit à l’éducation. Ce rapport présente les résultats du suivi de la mise en oeuvre du droit à l'éducation dans la province éducationnelle de Kin-Ouest. Il porte sur les aspects des Infrastructures, Formation des élèves et Recyclage des enseignants, l’Accessibilité par les enfants à l’école, la Participation à la gestion de l’école par les élèves et la Rémunération des enseignants. Apres cinq mois d’enquête, la CVPD a relevé beaucoup de violation de droits à l’éducation scolaire sur le plan de la gratuité de l’enseignement primaire, sur le plan de l’accessibilité à l’école pour les enfants pauvres et sur le plan de l’obligation de l’Etat qui ne fournit aucun effort pour rendre cette formation primaire élémentaire gratuite. La CVPD a aussi remarqué que les enseignants sont sous payés (parfois 12000 Fc soit presque 13$ américain) et que le monnayage de tous les services à l’école est devenu normal. La prédation est aussi relevée dans les chefs des promoteurs des écoles privées, les gestionnaires des écoles de l’Etat et les inspecteurs sensés contrôler le bon fonctionnement de ces écoles. Les infrastructures comme les bâtiments contenants les salles de classe sont vétustes dans la plus part des cas, que ce soit dans les écoles publiques ou privées. Les bibliothèques n’existent plus, l’espace de recréation existe pour les écoles publiques de l’Etat, écoles catholiques et protestantes et non dans les écoles privées où souvent l’école est dans l’enceinte où se trouvent d’autres locateurs. La CVPD salue l’initiative du gouvernement et l'encourage dans son initiative de construction de mille écoles sur toute l’étendue de la république. A Kinshasa, cela a amélioré tant soit peu l’accessibilité et le confort des élèves dans ces écoles nouvellement construites. La CVPD a aussi constaté et remarqué pendant ses enquêtes une augmentation des élèves filles dans toutes les écoles visitées. La moyenne par école est presque arrivée à 65% des filles contre 35% des garçons.