Bignon.jpg

© Charles Bignon
Delphine Dorsi - @RTEproject
23 Juin 2016

L’implication des acteurs non étatiques dans l'éducation a augmenté dans de nombreuses régions du monde au cours des trois dernières décennies, et l'enseignement privé est encouragé et exploité par certains acteurs de l'éducation comme étant une solution au manque d’offre venant de l'éducation publique de qualité ou des bonnes écoles publiques. Cependant, l'expansion rapide des acteurs non étatiques dans l'éducation, en particulier les sociétés à but lucratif, a soulevé des points importants sur les perspectives des droits de l'homme, comme l'a souligné le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’éducation, le conseil des Nations unies sur le suivi des droits et le Conseil des droits de l’homme.

Dans ce débat, il est essentiel de rappeler que l'éducation est un droit humain fondamental, garanti par ledroit international des droits de l'homme. Ceci dit, comment est-il applicable spécialement aux acteurs non étatiques ?

Depuis 2014, le projet Droit à l’éducation (RTE)l'Initiative mondiale pour les droits économiques, sociaux et culturels (GI- DESC), et les partenaires au niveau national et international ont travaillé ensemble pour essayer de clarifier la façon dont le cadre légal des droits de l'homme s’applique à cette question complexe.

Le droit à l’éducation, comme il est stipulé dans les traités internationaux, contient à la fois une dimension « sociale, d’égalité et de liberté». D'une part, le droit international garantit le droit à l'éducation de tout le monde sur la base des principes d'égalité et de non -discrimination, obligeant les États à adopter des mesures pour assurer sa pleine réalisation. D'autre part, il reconnaît la liberté des acteurs privés pour établir et diriger des établissements d'enseignements, en connexions avec la liberté des parents d'assurer l'éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs propres convictions - qui inclut la liberté de choisir des établissements autres que les écoles publiques pour leurs enfants.

Le défi est donc de trouver le juste équilibre entre la liberté d'enseignement et la nécessité de garantir la dimension sociale - égalité de droit à l'éducation.

Basé sur une analyse du droit international des droits de l'homme et sur ​​la recherche dans onze pays, ainsi que plusieurs ateliers d'experts, nous avons préalablement identifié cinq domaines qui nous permettent d'évaluer le rôle des acteurs non- étatiques dans l'éducation par rapport aux normes des droits humains.

Le principe général est que, alors que le droit international des droits de l'homme reconnaît la liberté de l'éducation, elle encadre de façon claire et limite son exercice. Les cinq domaines que nous avons identifiés fournissent une compréhension initiale des limites du rôle et les conditions dans lesquelles les acteurs non étatiques peuvent fournir des services de l'éducation. En conséquence, l’implication des acteurs non étatiques dans l'éducation est conforme aux normes des droits humains lorsque leur existence ou croissance :

• Ne conduit à aucune forme de discrimination ou de ségrégation, ou crée ou augmente les inégalités

• Ne conduit pas à la charge de payement de frais des écoles privées, étant la seule option pour l'enseignement obligatoire.

• Ne porte pas atteinte à la mission humaniste de l'éducation

• Conforme aux normes minimales en éducation, elle est réglementée de façon adéquate et contrôlée.

• Le rôle des acteurs non étatiques est publiquement débattu en conformité avec les principes de transparence et de participation.

1. Les principes de non-discrimination et d'égalité

L'exercice de la liberté de l'éducation ne doit pas conduire à une forme quelconque de discrimination ou de ségrégation, ou ne doit créer ou augmenter les inégalités. Le droit international des droits de l'homme stipule clairement qu'il ne doit exclure aucun groupe (1960 Convention de l'UNESCO contre la discrimination dans l'éducation , l'article 2 ), et que l'État a l'obligation de veiller à ce qu'il ne conduise pas à des disparités extrêmes des opportunités éducationnelles pour certains groupes dans la société ( Comité des droits culturels (CESCR) , Observation générale ( GC ) 13 économique et social , § 30; CESCR, GC 2, § 39 ) . En outre, les États doivent veiller à ce que l'offre de services essentiels - tels que l'éducation - par des acteurs privés : " ne menace pas l'accès des enfants aux services sur la base de critères discriminatoires " (Comité des droits de l'enfant (CRC), GC 16, § 34).

2. La necessité pour que les frais d'inscription des écoles privées soient une option 

Les traités relatifs aux droits de l'homme sont clairs sur le droit de chacun à l'éducation gratuite au niveau primaire, et que l'éducation gratuite devrait être introduite progressivement aux niveaux secondaire et supérieur (Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC), l'article 13. 2)l'éducation gratuite pour tous a été reconnue comme un élément essentiel du droit à l'éducation (CESCR, GC 13, § 51 ) . Les organes conventionnels des droits de l'homme ont à plusieurs reprises et toujours considéré que les frais devraient être éliminés le plus tôt possible, et que leur introduction est contraire au droit à l'éducation, souvent en notant également leur impact discriminatoire. Les options où les écoles privées payantes et /ou sont de faible qualité, deviennent ou menacent de devenir les seules options disponibles pour certaines personnes, sont donc en violation du droit international des droits de l'homme.

En outre, le principe général énoncé dans les traités est que les établissements d'enseignement privés payants devraient exister en plus des écoles publiques (PIDESC, article 13.3) et la fréquentation de ces institutions devrait être facultative (1960 Convention de l'UNESCO, l'article 2.b). Il a été précisé en outre que les États ont la responsabilité principale de la prestation directe de l'éducation dans la plupart des cas et une obligation accrue de réaliser le droit à l'éducation, en particulier au niveau primaire (CESCR, GC 13, § 48).

Dans tous les cas, il est clair qu'assurer une éducation gratuite pour tous, demande nécessairement la forte implication de l'Etat, que ce soit dans l'offre directe ou par l'intermédiaire du financement de l'éducation.

3. La mission humaniste de l'éducation

La nature humaniste du droit à l'éducation, récemment explicitée dans un article publié par l'UNESCO, doit être préservée, y compris lorsque les acteurs privés sont impliqués. Selon le droit international des droits de l'homme, l'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et du sens de sa dignité et renforcer le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales (PIDESC, article 13.1 et la Convention relative aux droits de l'enfant (ConvRC), article 29). Les valeurs inculquées dans les processus éducatifs, tels que le programme d'études, les méthodes d'enseignement et le milieu scolaire, doivent promouvoir la jouissance des autres droits (CRC, GC 1, §8).

Le principe fondamental de l'intérêt supérieur de l'enfant doit être au cœur de tous les systèmes et processus éducatifs. Comme indiqué par la CRC : « l'objectif global de l'éducation est de maximiser la capacité et la possibilité de l'enfant de participer pleinement et de façon responsable dans une société libre. [ ... ] Le type d'enseignement qui se concentre principalement sur l'accumulation de connaissances, ce qui incite la concurrence et conduisant à une charge excessive de travail sur les enfants, peut sérieusement entraver le développement harmonieux de l'enfant au plein potentiel de ses capacités et talents. [ ... ] . Les écoles devraient favoriser un bon climat (humain) et permettre aux enfants d’évoluer en fonction de leur engagement des capacités " (CRC, GC 1, §12).

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'éducation envoyé à la «mission humaniste de l'éducation " dans le contexte particulier de l'éducation privatisée selon qui comporte au moins : ( 1 ) «préserver l'intérêt social dans l'éducation » et «donner la primauté aux valeurs humaines communes et le caractère public de l'éducation » ; ( 2 ) la préservation de la «diversité culturelle » , ( 3 ) " ne permettant pas la poursuite des valeurs matérielles au détriment d'une mission humaniste de l'éducation» et ( 4) ne permettant pas " la propagation par les écoles privées d'un système de valeurs uniquement propices à l'économie de marché " . Une croissance des acteurs du secteur privé qui porte atteinte à ces dimensions serait donc contraire au cadre des droits de l'homme.

4. La conformité avec les normes minimales en éducation

Les établissements d'enseignement privés devraient se conformer aux normes minimales établies ou approuvées par les États (PIDESC, articles 13. 3 et 13.4; ConvRC, l'article 29.2), lesquelles traitent des questions de l’admission, les programmes et la reconnaissance des certificats, et doivent être conformes avec les objectifs éducatifs fixés par le droit international (PIDESC, article 13.1 et CESCR, GC 13, § 4 et ConvRC, article 29).

Cela implique un rôle réglementaire fort de l'Etat, ce qui correspond à son obligation de protéger le droit à l'éducation à partir des abus de tiers. Par conséquent, les États doivent adopter des lois et des politiques appropriées, les mettre en œuvre, et mettre en place un suivi et des mécanismes juridiques pour assurer que les établissements d'enseignement privé fournissent une éducation de bonne qualité, par rapport à une infrastructure adéquate, l'environnement scolaire, le contenu de l'enseignement et les méthodes, et les enseignants «statut entre autres aspects. Par exemple, le CRC a indiqué que les États doivent adopter des mesures spécifiques qui tiennent compte de l’implication du secteur privé dans l'éducation pour s’assurer que le droit à l'éducation ne soit pas compromis (CRC, GC 16, § 34).

5. Les principes de transparence et de participation

La liberté de créer et de diriger des institutions scolaires devrait être soumise à un contrôle démocratique et devrait respecter les principes de transparence et de participation des droits de l'homme (Déclaration universelle des droits de l'homme, l'article 21.1; Pacte international relatif aux droits politiques, l'article 25.a civile et). Cela signifie que les décisions et les développements en rapport avec le système d'éducation, y compris la participation des prestataires privés de l'éducation, doit être fait en consultation avec, et la participation de, divers groupes de la société, y compris les plus pauvres.

Cette obligation a été soulignée en particulier par le CRC qui recommande que: «Les provinces de l’Etat, lorsque l'on considère la sous-traitance des services à un prestataire non étatique - soit à but lucratif ou sans but lucratif, ou international ou local - procéder à une évaluation complète et transparente des implications politiques, économiques et financières et la limitation possible sur les droits des bénéficiaires en général, et les enfants en particulier. Le Comité a également souligné "le rôle de la surveillance au niveau national, qui vise à garantir que les enfants, les parents et les enseignants peuvent avoir une entrée dans les décisions pertinentes à l'éducation» (CRC, GC 1).

Ces cinq domaines ont été développés dans le cadre de recherches menées dans onze pays visant à évaluer dans quelle mesure l'existence ou la croissance des établissements scolaires de l'enseignement privé est en conformité avec les obligations en matière des droits de l’homme du pays. Par conséquent, ce cadre initial a été conçu comme un outil pour évaluer les situations qui ne sont pas compatibles avec le cadre des droits de l'homme. Mais la question importante soulevée des droits humains dans ce travail, nécessite des analyses plus poussées.

Par conséquent, RTE, GI- ESCR, et les Fondations Open Society, en collaboration avec un grand nombre de partenaires, travaillent actuellement sur l’élaboration de points majeurs des principes directeurs des droits de l'homme sur le rôle des acteurs privés dans la prestation de l'éducation, qui sera achevée vers le début de 2018. Si vous êtes intéressé par ce processus, s'il vous plaît entré en contact avec moi (delphine.dorsi@right-to-education.org) ou Sylvain Aubry (sylvain@globalinitiative-escr.org).

 

Delphine Dorsi est la Coordonnatrice du projet Droit à l’éducation. Elle a initialement rejoint l'organisation en 2012 en tant que conseillère juridique et chargée de la communication. Auparavant, elle a travaillé au Siège de l'UNESCO dans le programme de droit à l'éducation. Elle a également travaillé avec un certain nombre d'ONG en Europe et en Afrique, y compris Amnesty International, Save the Children et Defense for Children International. Elle a étudié le droit en France (Université de Montpellier) et en Espagne (Université Complutense de Madrid) et est titulaire d'un Master Recherche en Droits de l'Homme de l'Université de Strasbourg. Elle dispose également d'une spécialisation dans les droits de l'Institut international pour les droits des enfants (Suisse).

Nous remercions INEE pour la traduction de ce texte, également disponible sur leur site.

 

Commentaires

PPP schools in Uganda are causing segregation of children from poor backgrounds - who can't afford to pay the non tuition fees charged and the forced boarding facilities hence dropping out of the system. States thus need to regulate and monitor these schools with sanctions for those who go against the memorandum of agreements signed.

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.